Chroniques de nos livres sur les sites et blogs littéraires

Vous trouverez ici des chroniques et retours de lectures de divers blogs et sites littéraires. Certains sont des partenaires réguliers, d’autres ont découvert nos ouvrage via des sites communautaires comme Babelio ou NetGalley. Un énorme merci et toute notre reconnaissance à tous ces lecteurs critiques qui, impliqués dans la vie du livre, soutiennent le travail de tous les auteurs et éditeurs en prenant le temps de nous faire partager leurs impressions.

Une très belle découverte

Les fleurs du lac UneJ’ai vraiment aimé ce livre, l’écriture est très belle, lumineuse, j’ai été transportée dans ce petit village d’Éthiopie, je sens encore l’odeur du café. Une très belle découverte que je recommande chaleureusement.

Extrait de la chronique de Mariech, lectrice Babelio et Netgalley
Un sujet difficile

Les fleurs du lac UneUn sujet à partager car cette pratique nous paraît archaïque, mais il n’en est rien, elle existe encore. Un exemple est cité avec des parents français qui profitent de vacances au pays (d’origine de la famille) pour faire exciser leur petite fille. Imaginons le traumatisme de l’enfant. Comment se reconstruire après ça ?

Extrait de la chronique sur Les fleurs du lac par Blondes-and-litteraires
Très intéressant de lire un roman qui aborde ce sujet sans jugement.

Les fleurs du lac Une« C’est très intéressant de lire un roman qui aborde ce sujet sans jugement. J’ai été en colère en lisant les raisons émises par les femmes de cette histoire qui continuent à perpétrer cette tradition. Mais il est possible d’aller au-delà et c’est que nous montre Mebrat. »

Extrait de la chronique sur Les fleurs du lac par Dans la tête de Solange

 

L’histoire d’une vie

MESECRIVAINS-couv-UNECe livre, c’est donc d’abord l’histoire d’une vie. Mais c’est aussi, et surtout, le déroulement d’une vie parsemée d’histoires, marquée par une multitude de routes aux traces enfouies. De fait, les chemins apparaissent, les voies s’ouvrent. La voix se libère, résonne, raisonne, se pose, se dépose, s’expose, s’impose pour venir défricher la mémoire, en exhumer les rémanences, en mettre à jour les diverses strates, les couches sédimentées, et ce jusqu’à devenir « l’archéologue de son propre passé ».

Extrait de la chronique sur Mes écrivains par Autofiction.org
Une parfaite maîtrise de l’écriture

ONESTBIENPEU-UneSur le mode de la « nouvelle », ce recueil présente 16 « histoires », mettant en scène un ou plusieurs personnages. Il s’agit toujours d’individus banals, de situations ordinaires, mais qui nous ouvrent une fenêtre sur un genre de « comédie humaine » moderne. On y découvre – à un moment ou un autre – un prétexte immédiat, parfois ancien, pour s’identifier à une situation, se souvenir d’une autre, ranimer un sentiment, une perception, une sensation, une bref instant de vie parfois, tout simplement. […] C’est avec une parfaite maîtrise de l’écriture, un sens du détail faussement simple et anodin que l’auteur parvient admirablement à réussir parfaitement son premier recueil.

Extrait de la chronique sur On est bien peu de chose par Livreslecturescritiques (Masse Critique)

 

Un style très caractéristique

ONESTBIENPEU-UneQu’ont en commun ces seize histoires dont la longueur excède rarement neuf ou dix pages? Un certain regard? Une observation acribique de nos mœurs modernes? Oui, certainement, mais aussi un style très caractéristique. Chacune de ces nouvelles met en scène un personnage banal, voire anodin, quelqu’un comme vous et moi qui pourrait avoir l’envie de lire ce recueil, cette critique sur Babelio. Et, toujours, malgré cette banalité malgré le manque évident d’aventure, de suspense, ce personnage est si finement décrit qu’il prend vie à nos yeux, que l’on finit par entendre sa voix, sentir son cœur qui bat.

Extrait du commentaire Babelio sur On est bien peu de chose par VentreBleu
Un cadeau de l’âme

ONESTBIENPEU-UneLa nouvelle, cet art majeur de l’instant, Béatrice Rieussec en a une maîtrise telle que la lecture de « On est bien peu de chose » est un cadeau à l’âme de qui se donne non la peine mais la joie d’observer le quotidien et d’en saisir les instants qui transforment ou ponctuent le cours du temps.  En quelques 133 pages, elle nous distille 16 nouvelles qui jettent sur notre monde un regard tendre, lucide, un tantinet décalé mais tellement vrai ! […]  Ce livre, petit par sa taille, possède le panache d’une œuvre tout droit sortie d’un grand cœur, celui de l’autrice dont on devine la tendresse portée au présent, à l’inattendu et aux personnages qui tricotent ou détricotent la vie que tout un chacun peut observer chez lui et autour de lui.

Extrait de la chronique sur On est bien peu de chose par FrConstant
Un voyage littéraire

Et il neigeait sur le JaponLe style de l’auteur m’a frappé dès les premières pages : très recherché, poétique, puisant de nombreuses références dans la littérature et dans ce qu’elle a de plus attirant. […] Une lecture plaisir, un voyage littéraire et dans la complexité du sentiment amoureux.

Extrait de la chronique sur Et il neigeait sur le Japon par le blog Les lectures d’Aydora
Une réussite émouvante

DEVANTLESEUIL-une (2)Devant le seuil, une lecture qui se grave au cœur. Un texte qu’on tourne et retourne en tête […] L’écriture est alerte, poétique, rythmée, mélodieuse. Le sujet est pesant, grave, tristement terre-à-terre et angoissant. […] Philippe Godet réalise la prouesse de ne jamais banaliser, normaliser cette oppressante déstructuration humaine qu’impose la maladie. Mais il raconte ce combat avec des mots de poésie, de tendresse, d’humanité profonde. […] Ce livre, sans conteste une réussite émouvante, atteint parfaitement son objectif : se mettre au service de la recherche de sens à donner à nos vies chaotiques.

Extrait de la chronique sur Devant le seuil par le blog FrConstant
Irrésistible !

TRACES-couv-uneCe livre nous emporte dans un tourbillon irraisonné de sentiments, dans une histoire de passion incontrôlable. Irrésistible !

Extrait de l’avis sur Traces de craie par Aurelivres57