Shanghai Fan
Un roman qui ne nous épargne pas !

SHANGHAIFAN-couv-uneLa narration est prenante, emplie de rebondissements, ne nous épargne pas quelques moments crus, et elle se termine sur une fin absolument chaotique, inattendue et ouverte. Bref, un roman que j’ai dévoré et adoré !

Extrait de l’avis sur Shanghai Fan par VivreLivre
Un roman dont la lecture laisse perplexe

SHANGHAIFAN-couv-uneS’il est un roman dont la lecture m’a laissée interrogative, perplexe, étonnée, c’est bien celui de Raphaël Bée, “Shanghai Fan”. […] Ce livre n’était sans doute pas tout à fait pour moi, trop âgée, trop stricte, trop impatiente. Et si je n’avais pour principe d’aller au bout de mes lectures je ne l’aurais sans doute pas terminé. C’eût été dommage car au fil des pages, mon intérêt s’est éveillé. […] je me suis accrochée au texte, aux personnages nombreux et très fouillés, à la situation et surtout à la description du milieu auquel est confrontée la jeune héroïne.

Extrait de l’avis sur Shanghai Fan par Mémo Émoi
Chronique de « Shanghai Fan » et portrait de Raphaël Bée par Hanae part en livre

SHANGHAIFAN-couv-uneUn roman d’une belle richesse et d’une grande qualité. Un véritable coup de cœur, je vous conseille vivement de vous le procurer et de vous en délecter.

Extrait de la chronique du roman Shanghai Fan par Hanae part en livre

Découvrez après la chronique du roman un interview de l’auteur Raphaël Bée par le Blogueur HanaeHanae Shanghi Fan

 

« Shanghai Fan » sur le site de Courrier international
Le 3 septembre 2018 | 0 Commentaire(s) | Presse, Shanghai Fan

Article Courrier International Shanghi Fan

Une bonne maîtrise de ses sujets par l’auteur

SHANGHAIFAN-couv-uneEn plus de sa plume, l’auteur semble bien maîtriser ses sujets, que ce soit l’univers du marketing digital ou celui du travail des Français à Shanghai. Il arrive à faire vivre ces rencontres à ses lecteurs. Cela en est presque un paradoxe, car malgré le contexte “stressé” de la préparation d’une campagne de pub et les difficultés de collaboration entre chinois et français, il arrive à nous proposer ici un livre rafraîchissant.

Extrait de la chronique du roman Shanghai Fan par NousLisons.fr

 

« Shanghai Fan » dans le magazine Les Échos Start
Le 27 août 2018 | 0 Commentaire(s) | Presse, Shanghai Fan

« Shanghai Fan », un roman sur la vie des jeunes expatriés en Chine

Article Echos Start Shanghi Fan

Une ambiance et un mode de vie qui carburent !

SHANGHAIFAN-couv-une

« Je ne suis pas fan des working girl, de fait, je n’ai été que peu touchée de la Clem version pro. Version perso en revanche, ça matchait déjà plus! Si cette lecture me laisse plutôt de marbre et si la thématique du boulot n’est pas celle que j’affectionne le plus, je salue le travail de l’auteur qui a parfaitement su retranscrire une ambiance et un mode de vie qui carburent! En toute franchise et en toute maîtrise! »

Extrait de la chronique du roman Shanghai Fan sur le blog Le bouquin ivre

 

Un tournant inattendu

SHANGHAIFAN-couv-une

« J’ai eu plutôt l’impression de voir des personnages en transit, des personnages qui se cherchent et se perdent, des personnages qui cherchent à tuer le temps en attendant… quoi ? Difficile à dire puisque eux-même ne le savent pas. Je me suis parfois moi-même perdue à leurs côtés.  […] L’intrigue prend un tournant inattendu quand nous glissons vers le genre policier. Et je ne vous parle pas du dénouement, vraiment surprenant. Le récit montre, finalement, qu’il faut toujours faire attention aux petites choses, à ceux qui nous entourent – ceux qui comptent vraiment.»

Extrait de la chronique du roman Shanghai Fan sur le blog Des livres et Sharon
Cinq minutes avec Raphaël Bée
Le 29 juin 2018 | 0 Commentaire(s) | Portraits & entretiens, Shanghai Fan

Raphael-Bee-REDIMRaphaël Bée, est diplômé d’HEC et de lettres modernes à Paris IV-Sorbonne. Il a commencé sa carrière dans la publicité à Paris puis a passé 4 ans à Shanghai pour y développer l’antenne d’une agence de publicité française, en plein boom du digital chinois.

Raphaël Bée, qui êtes-vous ?

Raphaël Bée, presque 30 ans, et je reste bloqué sur 27 dans ma tête. Je travaille dans la publicité et je suis maître de conférence dans plusieurs écoles pour aborder la communication digitale sur les réseaux sociaux chinois. En 2012, je suis effectivement parti en Chine rejoindre une agence de publicité française qui venait d’ouvrir son premier bureau à l’international à Shanghai. Quand je suis arrivé, nous étions quatre. À mon départ quatre ans plus tard, nous étions 150. Ce furent quatre années frénétiques à l’image de la démesure shanghaienne et chinoise.

Shanghai Fan est votre premier roman, comment et pourquoi êtes-vous venu à vous lancer dans l’écriture ?

Une fois de retour en France, la Chine continuait d’occuper mon esprit. Elle me hantait parfois, me manquait souvent. Je me suis dit que l’écriture pouvait contribuer à fixer le souvenir de ces quatre années passées là-bas. Alors que j’entendais beaucoup parler du « France-bashing », j’ai aussi eu envie d’apporter un regard différent, et sans filtre, sur la communauté des expatriés dans un pays qui inspire autant de l’attirance pour beaucoup que de la méfiance pour d’autres. Je souhaite qu’à la lecture, les personnes n’ayant pas connu de séjours longs en Chine se disent « ce n’est pas possible, tout est inventé » et qu’au contraire, celles ayant vécu ou vivant toujours là-bas se reconnaissent dans les personnages du roman et leurs (més)aventures.

Votre style est direct, parfois cru…

Shanghai n’est pas une ville tendre, le style cru me sert à l’évoquer. Aussi, j’étais tombé dans la saga Vernon Subutex peu de temps avant l’écriture de Shanghai Fan, et je me suis plongé dans toute l’œuvre de Virginie Despentes, de Baise-Moi à Apocalypse Bébé – mon favori – lorsque j’écrivais. Ce doit y être pour quelque chose…

À la fin du roman, on ne sait pas ce qu’il advient de Clem, pour quelle(s) raison(s) ?

On sait quand on entre dans Shanghai, on ne sait jamais quand ni comment on en ressort. Plutôt que d’apporter des réponses, j’ai fait le choix de laisser des questions en suspend. À sa place, que feriez-vous ?

Réfléchissez-vous à un second roman ?

Oui. Deux pistes qu’il serait intéressant de creuser : une autour d’un fait divers récent dont les multiples rebondissements et zones d’ombre nourriraient bien un nouveau roman ; une autre davantage inspirée d’Instagram et des relations que nous pouvons avoir avec les influenceurs de ce réseau… je n’ai pas encore tranché mais j’aimerais démarrer bientôt !

Retour en image : Shanghaï Fan à Shanghaï
Le 26 juin 2018 | 0 Commentaire(s) | Rencontres, salons et signatures, Shanghai Fan

IMG_8251IMG_8271tempImageForSavetempImageForSave_1tempImageForSave_2tempImageForSave_3tempImageForSave_4