« Devant le seuil », un hymne à la vie

DEVANTLESEUIL-une (2)

J’ai eu un peu de mal au début à me fondre dans le récit et puis la magie de cet amour m’a embarquée petit à petit, au bout d’une trentaine de pages. Les mots de Gérard sont touchants. Pour lui, ce n’est pas Natalie qui a un cancer, c’est « Nous avons un cancer », car c’est le couple qui traverse une épreuve. Et quelle épreuve ! La vitalité de la chanteuse s’estompe peu à peu. L’espoir laisse place au désespoir.

(…)

Philippe Godet aborde la maladie bien sûr, mais aussi l’amour, la famille, l’intimité avant et après la maladie. Le thème a beau ne pas être des plus réjouissants, il reste un hymne à la vie. C’est une fois de plus une lecture qui nous ordonne de profiter du moment présent. La vie est si courte…

Extrait de la chronique du roman Devant le seuil de Philippe Godet par Comme dans un livre 
Ce roman choral, très court, est percutant et dynamique

Les boutons - Une

Ce roman choral, très court, est percutant et dynamique. Les chapitres sont petits et s’enchaînent rapidement. A aucun moment le lecteur ne se perd dans la farandole de personnages. C’est une histoire contemporaine que j’ai beaucoup aimée de par les thèmes qui sont traités. Et même si je ne cautionne en aucun cas le comportement du personnage principal (ne soyons pas fous), je vous recommande ce beau petit ouvrage !

Extrait de la chronique du roman Les boutons de Jéricho de Annick Boisset par Comme dans un livre 
Dur, dur de lâcher « Le cabanon jaune »

LECABANONJAUNE-uneDur, dur de lâcher « Le cabanon jaune » de Christelle Angano tellement j’ai été plongée dans l’intrigue ! Déjà, le cadre m’a emballée : les cotes normandes et Honfleur plus précisément, que j’ai eu l’occasion de découvrir il y a quelques années, lors de de vacances en Normandie. Et puis, il y a Cloé, un brin de femme très attachant, surnommé « Le moineau » par les habitants. Le tout fait qu’on est embarqué rapidement dans cette enquête qui se déroule sur plusieurs années. Le roman s’apparente plus au drame qu’au thriller ou au polar. C’est sans doute pour cela qu’il m’a plu. Ici, il n’est pas question de policiers ou d’inspecteurs mais d’une jeune femme déterminée et prête à tout pour retrouver l’être le plus cher à ses yeux. En somme, « Le cabanon jaune » est une très très belle histoire, que je recommande à tous ceux qui sont en manque d’air iodé !

Extrait de la chronique du roman sur le blog Comme dans un livre
Un titre qui coule de source

9791093552354« Point de déception à l’horizon, j’ai été embarquée par le récit d’Elsa tout du long ! La seule chose qui m’a surprise fut son changement de comportement après les réflexions d’un seul  homme (qui, d’ailleurs, n’a pas une super réputation). Elle qui semblait si sûre d’elle, qui s’aimait telle qu’elle était, bouleverse ses habitudes, à s’en rendre malade. Tout le monde sauf elle se rend compte qu’elle est en train de plonger dans un cercle vicieux. Le titre n’a pas tout de suite fait tilt dans mon esprit vis-à-vis du récit, mais au final, cela coule de source. Pour ceux qui l’ignorent, « Ana » est le surnom donné à l’anorexie par les personnes qui en souffrent. Sur Internet, on peut d’ailleurs trouver des centaines de pro-anorexiques, entendez par-là des jeunes filles qui prônent l’anorexie comme un style de vie et qui tentent de convertir d’autres personnes, via des blogs personnels.  Ce phénomène date déjà mais il a toujours suscité ma curiosité. D’ailleurs, l’auteure, Marjorie Motto, y fait référence dans son roman.  Tout ça pour vous dire que je vous conseille vivement « Dans l’ombre d’Ana », que vous soyez touchés de près ou de loin par la maladie, ou que vous soyez juste curieux, comme je le suis… »

Extrait de la chronique de Dans l’ombre d’Ana sur le blog Comme dans un livre
Une belle lecture…

kallio-une Même si à l’heure actuelle les moeurs s’adoucissent, l’homosexualité reste souvent un sujet difficile à aborder, voire tabou chez certains. Pour Damien Alcantara, il s’agit peut-être là d’ouvrir le débat, de donner la possibilité aux lecteurs d’avoir une meilleure ouverture d’esprit. A aucun moment nous ne sommes ennuyés par notre lecture. Nous découvrons peu à peu la Finlande (bon pas assez à mon goût certes) et des personnages entiers, qui savent nous faire part de leurs émotions les plus profondes. Jamais nous ne tombons dans le pathos et comme les deux garçons, nous restons plein d’espoir face à l’avenir. Merci aux Editions de la Rémanence pour cette belle lecture !

Comme dans un livre – 5/10/2015
http://commedansunlivre.fr/2015/10/05/kallio/

Une écriture fluide, des termes parlants pour ce public
Le 31 décembre 2014 | 0 Commentaire(s) | Chroniques de nos livres sur les sites et blogs littéraires

Calouan nous livre un roman 100% pour adolescents avec « Toile d’@raignée ». Une écriture fluide, des termes parlants pour ce public : l’amour, l’amitié, Internet, le passage à l’âge adulte. A la différence d’autres ouvrages, il est aussi empreint de poésie. […] Quant aux relations sur Internet, l’écrivaine Calouan maîtrise le sujet à la perfection. Que dévoiler ? Que cacher ? Faut-il passer de l’écran au IRL (In Real Life), toutes ces questions se posent, et je dois dire que j’ai pu personnellement me reconnaître dans certaines lignes. Dans « Toile d’@raignée », le suspense est aussi présent, outre les sentiments et le sujet qui semble pourtant léger, ce qui fait que les 250 pages sont vite avalées.

Comme dans un livre – 19/11/2014
http://commedansunlivre.fr/tag/calouan/

Une écriture fluide, des termes parlants

Merci aux Editions de la Rémanence pour m’avoir permise de lire cet ouvrage. Calouan nous livre un roman 100% pour adolescents avec « Toile d’@raignée ». Une écriture fluide, des termes parlants pour ce public : l’amour, l’amitié, Internet, le passage à l’âge adulte. A la différence d’autres ouvrages, il est aussi empreint de poésie. Le lecteur découvre au fur et à mesure quelques poèmes d’amour vraiment très bien écrits qui nous mettraient presque la larme à l’œil. Quant aux relations sur Internet, l’écrivaine Calouan maîtrise le sujet à la perfection. Que dévoiler ? Que cacher ? Faut-il passer de l’écran au IRL (In Real Life), toutes ces questions se posent, et je dois dire que j’ai pu personnellement me reconnaître dans certaines lignes. Dans « Toile d’@raignée », le suspense est aussi présent, outre les sentiments et le sujet qui semble pourtant léger, ce qui fait que les 250 pages sont vite avalées.

Comme dans un livre – 19/11/2014

Une belle lecture

L’auteure, Catherine Leblanc, réussit parfaitement à nous replonger dans notre propre adolescence ; vous savez, cette période où l’on se pose plein de questions, où l’on a du mal à accepter son corps, où l’on change d’humeur comme de paire de chaussettes et où on passe de l’enfance à l’âge adulte. Il n’est donc point difficile de se mettre dans la peau de Charlène, même si personnellement j’ai du mal à comprendre comment l’on peut tomber amoureux de quelqu’un que l’on détestait au départ. Les mots sont doux, les paroles sensibles et le livre est très vite lu. On regrette presque qu’il ne soit pas plus long pour profiter davantage de l’univers de Charlène et découvrir ce qu’elle va devenir. Une belle lecture qui plaira sans aucun doute aux adolescents, qui se reconnaîtront à travers le récit de Catherine Leblanc.

Comme dans un livre – 24/10/2014
http://commedansunlivre.fr/tag/lavenir/