Le ton est très juste, les réactions décrites dans le livre aussi

TUVIVRASTJRS-une (2)« De quoi se rappelle-t-on vraiment quand on repense à son adolescence ? Embellissons-nous les souvenirs ? Voyons-nous le passé tel qu’il fût vraiment ou comme nous souhaiterions qu’il fût ? Arnaud Genon a bien conscience que même une autobiographie relève de la fiction. Les moments durs qu’il a vécu enfant sont-ils toujours frais dans sa mémoire ? Si l’essentiel est resté, l’émotion et la tristesse ont peut-être transformé certains faits. C’est pourquoi, l’auteur préfère parler d’une autofiction, une biographie écrite avec le poids des souvenirs et l’amour qui lui, est resté intact. »

Extrait de la chronique de Tu vivras toujours sur le blog QueLire
Partager :
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire