Un petit plaisir à lire

amoursky-boulevard-une

L’écriture de Jacques Enaux est très forte, il faut le dire immédiatement. Enivrante, captivante, travaillée, brillante à souhait, Jacques Enaux délivre un roman autobiographique qui jouit d’une plume véritablement saisissante. Les phrases s’enchaînent avec un rythme qui, malheureusement, gagnerait en dynamisme, mais la plume est là pour garder le lecteur captif. Un petit plaisir à lire.

(…)

Bon, il faut quand même le dire : l’histoire de ce roman n’est pas la plus fraîche qu’on ait trouvée. Une histoire d’amour entre Volga et Seine, entre France et Russie, à mi-chemin entre un site de rencontres et un hasard de la vie. Mais comme dit précédemment, et malgré la faiblesse du fil narratif déjà trop vu en librairie, la plume est toujours là  pour rasséréner le lecteur. Une heureuse découverte.

Extrait de la chronique du récit Amoursky Boulevard de Jacques Enaux par Lettres it be 
Partager :
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire