Un titre qui coule de source

9791093552354« Point de déception à l’horizon, j’ai été embarquée par le récit d’Elsa tout du long ! La seule chose qui m’a surprise fut son changement de comportement après les réflexions d’un seul  homme (qui, d’ailleurs, n’a pas une super réputation). Elle qui semblait si sûre d’elle, qui s’aimait telle qu’elle était, bouleverse ses habitudes, à s’en rendre malade. Tout le monde sauf elle se rend compte qu’elle est en train de plonger dans un cercle vicieux. Le titre n’a pas tout de suite fait tilt dans mon esprit vis-à-vis du récit, mais au final, cela coule de source. Pour ceux qui l’ignorent, « Ana » est le surnom donné à l’anorexie par les personnes qui en souffrent. Sur Internet, on peut d’ailleurs trouver des centaines de pro-anorexiques, entendez par-là des jeunes filles qui prônent l’anorexie comme un style de vie et qui tentent de convertir d’autres personnes, via des blogs personnels.  Ce phénomène date déjà mais il a toujours suscité ma curiosité. D’ailleurs, l’auteure, Marjorie Motto, y fait référence dans son roman.  Tout ça pour vous dire que je vous conseille vivement « Dans l’ombre d’Ana », que vous soyez touchés de près ou de loin par la maladie, ou que vous soyez juste curieux, comme je le suis… »

Extrait de la chronique de Dans l’ombre d’Ana sur le blog Comme dans un livre
Partager :
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire