Une première chronique pour « Devant le seuil »

devant le seuil

J’ai eu un peu de mal à entrer dans ce texte, pas particulièrement enjoué. J’ai un peu forcé pour les vingt/trente premières pages et puis la suite a coulé naturellement et je n’ai pas pu lâcher l’ouvrage jusqu’à la fin. Philippe Godet alterne les passages poétiques, imagés avec d’autres directs voire crus. Sa plume est belle et originale, oscillant entre le « il » du narrateur, le « je », le « tu », le « nous » sans que jamais le lecteur ne se perde

[…]

Le texte est fort, puissant. Il pousse au questionnement : que ferions-nous en pareil cas ? Aurions-nous cette réserve de patience, de vitalité, cette énergie que dégagent les deux  ?

Extrait de la chronique du roman Devant le seuil de Philippe Godet par Lyvres 
Partager :
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire